Bookmark and Share


Tortue luth, tortue olivâtre et tortue verte / © A. Baglan, J-C. Bertrand



Cliquez sur l'image



Les plages de Guyane comptent parmi les plus importants sites de pontes de tortues marines au monde. Trois espèces y nidifient régulièrement : la tortue luth (Dermochelys coriacea), la tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea) et la tortue verte (Chelonia mydas). Espèces menacées, les tortues marines font l'objet de programmes d'études et de conservation depuis de nombreuses années en Guyane.
C'est en 1998 que l'association Kwata a mis en évidence l'importance des plages de l'Ile de Cayenne comme sites de ponte majeurs pour les tortues olivâtre et luths. Depuis, un important programme de conservation a été mis en œuvre en impliquant de nombreux bénévoles.


Description du programme

Le programme d'étude et de conservation des tortues marines sur l'Est de la Guyane comprend:

- un travail de comptage et de marquage des femelles sur les plages de Cayenne et Rémire-Montjoly. Ce suivi entend contribuer de manière concrète à la connaissance du statut des espèces.

- un travail de sensibilisation du public sur l'observation respectueuse des tortues marines et leur préservation. En effet, l'association accueille le public et les scolaires sur les plages de l'Ile de Cayenne tout au long de la saison de ponte. Depuis 2015, elle accueille aussi le public sur les plages de la Réserve Naturelle de l'Amana.

- un travail de sensibilisation auprès des décideurs locaux pour la prise en compte des tortues marines dans l'aménagement du territoire et plus particulièrement du littoral.

- la réduction des menaces anthropiques à terre (chiens errant et divaguant, pollution lumineuse,...)

Ce travail s’inscrit dans un programme de préservation beaucoup plus large. Entre 2007 et 2012 le Plan de Restauration Tortues Marines (PRTM) a permis d’aboutir à l’élaboration du Plan National d’Action Tortue Marines (PNA TM 2014-2023). En effet l’évaluation du PRTM a montré la nécessité de poursuivre les efforts de conservation et de conforter les acquis, sous la forme d’un second plan de conservation, qui devra se projeter sur une période plus étendue, de 10 ans, afin de répondre aux caractéristiques d’espèces longévives comme les tortues marines. L’objectif du PNA est l’amélioration de l’état de conservation des tortues marines en Guyane qui se décline en 5 objectifs spécifiques :
1/ La réduction des menaces
2/ l’amélioration des connaissances au service de la conservation
3/ Impulser une coopération transfrontalière
4/ L'éducation à l'environnement
5/ La valorisation socio-économique
Pour en savoir plus c'est par ICI et par là


L'association collabore aussi à d'autres études, avec le CNRS, l'Institut Pasteur de la Guyane, plusieurs universités brésiliennes,...

Suivi satellitaire
Que font les tortues entre 2 pontes ? Où vont-elles une fois la saison terminée ? Quel est l'environnement océanique dans lequel elles évoluent ? Quelles contraintes rencontrent-elles au cours de la migration ? Ce sont les questions auxquelles le suivi en mer tente de répondre. L'interprétation des résultats permet également d'orienter les actions de conservation à mener pour préserver les espèces, notamment en appréhendant mieux les interactions avec les pêcheries et en montrant les migrations transfrontalières nécessiteraient d'étendre les questions de conservation à l'échelle régionale.

Études de génétique
L'association Kwata étudie la diversité génétique des tortues marines de Guyane afin de connaître "l'état de santé" des populations, les échanges avec les autres populations de l'Atlantique, et pour essayer de comprendre comment les tortues ont répondu aux changements climatiques passés afin de peut être tenter de prévoir quelles seront leurs capacités d'adaptation aux évolutions à venir.


Les tortues marines sur l'Est

Principalement deux espèces viennent en nombre pondre sur les plages de Rémire Montjoly et de Cayenne. Il s'agit de la tortue olivâtre et de la tortue luth. Depuis le début du suivi des populations sur l'Est de la Guyane, on constate globalement une hausse de l'activité de ponte au fil des ans.
Les tortues vertes ont quant à elles une préférence pour les plages de l'Ouest guyanais et la tortue imbriquée n'est observé que très rarement (mois de 5 pontes par an).

La tortue olivâtre
La tortue olivâtre est la plus petite tortue marine avec un poids moyen de 36kg pour une taille de 70cm. Elle se nourrit de divers aliments : crustacés, poissons, mollusques, méduses et parfois algues et herbes marines. Entre les mois de juin et août, les plages de l'Ile de Cayenne accueillent jusqu'à 90% des pontes de Guyane pour l'espèce. Chaque année, entre 1500 et 3000 pontes sont recensées : il s'agit probablement du plus gros sites de ponte d'Amérique de Sud pour la tortue olivâtre. Pour en savoir plus cliquez ici

La tortue luth
La tortue luth est la plus grosse tortue marine au monde avec un poids moyen de 450kg et une taille de 160cm. Elle se nourrit quasi-exclusivement de méduses. Les tortues luths viennent pondre entre les mois d'avril et août. Les plages de l'Est accueillent près de 5000 pontes tous les ans. Pour en savoir plus cliquez ici


Les menaces

Facteurs naturels de mortalité
Les adultes possédant peu de prédateurs en mer (requins, orques...) ou à terre (jaguar), ce sont surtout les nids et les nouveaux nés qui sont le plus exposées à des menaces. L'érosion des plages cause la destruction de centaines de nids et de nombreux prédateurs s'attaquent aux œufs et aux jeunes tortues émergentes (urubus, crabes, oiseaux, ratons crabiers...).

Menaces anthropiques (liées à l'homme)
Aujourd'hui, les interactions avec l'homme ont pris une ampleur qui vient largement perturber le fragile équilibre qui s'est instauré au cours de l'évolution. Urbanisation du littoral, chien errants, surexploitation des ressources marines, captures accidentelles dans les engins de pêche et la pollution sont autant de facteurs qui mettent en péril l'avenir de ces espèces.


Où, quand et comment observer les tortues marines ?
Cliquez sur le lien ci-dessus